Faim de sable

Le sable va et vient sur les dunes et les slikkes. Un estuaire sain connaît un équilibre. En cas de tempête, de hautes vagues enlèvent le sable des slikkes et des dunes pour que l’eau coule dans les chenaux. Quand le temps est calme, le courant de la marée compense la perte : il reprend le sable des chenaux pour en absorber tous les grains : les chenaux aiment le sable.

 

Intervention


Chaque année, ce besoin de sable grignote une centaine de terrains de football des slikkes, dunes et des schorres. Si nous n’intervenons pas, la plus grande partie aura disparu d'ici la fin du siècle. Les oiseaux sont obligés de manger sur une table de plus en plus petite.
Les phoques perdent leur habitat. Les gens perdent également de choses : la perle de Zélande perd de son éclat.


De plus, les vagues ne sont plus brisées par l'effritement des bancs de sable et elles frappent les digues derrière elles avec plus de force. Il en découle que les digues sont plus gravement affectées, ce qui peut mettre en danger la sécurité dans et autour de l'Oosterschelde.


Dans cette vidéo, les pluviers argentés Duko et Pien expliquent leur besoin de sable. Disponible uniquement en Néerlandais.